Où je me rends compte que je vous ai laissés dans l'ignorance...

Publié le par Agnès

Toutes mes excuses, lecteurs fidèles de ce modeste blog : je réalise que je ne vous ai pas tenue au courant de l'évolution de certains faits mentionnés lors de billets précédents.


1 - La grande bataille de la propreté

Après moultes déconvenues, Stéphane a opté pour la manière forte : au retour des vacances de Pâques, plus de couches. Après avoir subi quelques "inondations", notre Miss demandait spontanément avant la fin de la journée à aller aux toilettes. Depuis, elle se gère parfaitement et nous n'avons connu qu'un seul "accident".

Conclusion : bataille remportée par les parents... qui auraient pu déclencher l'offensive finale bien avant...

J'assume l'entière responsabilité de ces délais.


2 - Malédiction

Rappelez-vous cette photo-mystère


Il s'agit en fait du moteur mort de notre chaudière. Chaudière datant de novembre 2004, soit, au moment des faits, 2 ans et 4 mois, sachant que la garantie était de 2 ans. Pour ces 4 malheureux mois, nous avons eu le privilège d'avoir un moteur très neuf entièrement à notre charge.

Nos plombiers étaient si dépités et se sentaient tellement coupables je vois pas bien de quoi qu'il a fallu que je leur téléphone plus d'un mois après leur intervention pour leur rappeler qu'ils nous envoient la facture.

J'avoue que pour n'importe quelle autre facture, je l'aurais bouclée oui, je sais c'est mal, mais je suis aussi comme ça mais dans le cas de nos  plombiers c'est  complètement  différent : je veux pouvoir continuer à les appeler dès que nous avons un souci et qu'ils arrivent dans l'heure qui suit parce que je fais totalement confiance à cette satanée chaudière pour nous réserver d'autres mauvaises surprises.

Le pire, c'est qu'ils ne nous ont même pas compté la main d'oeuvre sur la facture : je vais devoir leur glisser un billet avec le chèque.

Parce que je veux pouvoir continuer à les appeler dès que nous avons un souci et qu'ils arrivent dans l'heure qui suit.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article