Vulnerant omnes, ultima necat

Publié le par Agnès

Ok, ça fait un peu pompeux érudit la citation latine du titre, mais il faut bien justifier mes 4 années ô combien laborieuses de latiniste ! Pour la traduction, je vous laisse aux moteurs de recherche...

Aujourd'hui 7 juin, jour anniversaire, le mien, dernière étape avant la quarantaine.

Ainsi donc, il y a trente-neuf 7 juin de ça, ma mère mettait au monde une toute petite chose d'à peine plus de 2 kilos, rouge et toute fripée, tandis que mon père venait de passer des heures affreuses à échafauder des scénarios tous plus épouvantables les uns que les autres (au choix : sa femme allait mourir, son enfant ne survivrait pas, sa femme ET son enfant y resteraient ) avant d'être enfin rassuré... et de passer à d'autres angoisses...

Trente-neuf ans que tous les deux me montrent la voie, m'accompagnent et me soutiennent. Toujours là sans jamais occuper toute la place, solides et aimants.

Un modèle de parents, des parents modèles. Mes parents.

Merci.

Publié dans Souvenir

Commenter cet article

Stéphane 11/06/2007 18:36

TACE NAMIT LUS ENMOT NAREN LUVben moi j'ai 4 mois de latin derrière moi....ouais. La v'là ma citation à moi. Vous comprenez pas ? Même avec un doctorat d'études classiques ? Pour la traduction inutile d'aller vous renseigner sur internet, vous vous mangeriez le segment pharyngien.Ben moi ch'ui né dans l'Essonne mon gars. Et pi j'avais pas l'air d'une crevette turgescente moi, plutôt d'une baudruche de trois kilos bien gonflée coincée dans du fil de fer. Il a fallu ranimer l'engin en plus, gros comme il était, l'a failli étouffer en passant l'détroit. Un coup dans la flotte gelée un coup dans la flotte chaude.  J'avais la tête comme un obus bleu et voyant la tronche de mon père le toubib a refuser de lui donner l'avorton difforme de peur qu'il me balance par la fenêtre du bloc opératoire façon drop quoi....L'angoisse aussi quoi.

maman yvette et papa jacques 08/06/2007 19:43

Ma puce, Pas forcément modèles, mais des parents qui ont essayé d'être présents et de faire au mieux, sans envahir, par excès de bons sentiments, ton espace vital. Il y a certainement eu des ratés , on ne peut pas être parfait......mais ça a sûrement contribué à construire un ensemble cohérent.Même si les décénnies commencent à s'empiler, n'oublie pas que nous t'aimons aussi fort que ce jour où tu es arrivée si rouge et peu frippée, minuscule mais tellement pleine de vie.papa se joint à moi pour t'embrasser très, très fort. maman.