Confinons

Publié le par Agnès

Comme Stéphane a eu l'occasion de l'annoncer dans un de ses derniers commentaires, cet après-midi, dans son collège c'était "Exercice de Confinement" : on dirait que le barrage sur la Dordogne de Bort-les-Orgues (en Corrèze)


aurait cédé et que des millions de litres d'eau se déverseraient rageusement vers l'estuaire, donc vers chez nous.

Comme le collège où enseigne Stéphane a un étage, il s'agissait de rapatrier l'ensemble des élèves au premier. Parce que le brillant cerveau qui a imaginé cet exercice table sur le fait que l'eau n'ira pas plus haut.

En revanche, quid des établissements en rez-de-chaussée ??????
On commence illico les cours de natation en eaux agitées, avec option troncs d'arbres, voitures, maisons et détritus divers et variés à la dérive ????????

Dans le cadre de cet exercice, Stéphane a consciencieusement fait ce qu'on lui demandait, mais en cas de réelle rupture du barrage de Bort, il m'a assuré que dès que ses élèves auraient été mis en sécurité, il quitterait immédiatement le collège pour s'assurer que sa famille à lui est en sécurité... ou le cas échéant la mettre en sécurité.
Parce qu'il est comme ça mon petit mari : ses femmes avant tout !


Moi, j'en vois bien d'autres des exercices pour occuper les profs et les élèves désoeuvrés : pas très loin d'ici, nous avons une belle centrale nucléaire, celle du Blayais.

Que faire de ses élèves en cas d'explosion d'un ou plusieurs réacteurs ?????????

Autre sujet d'exercice : Libourne est en plein dans un couloir aérien de descente vers Mérignac.
Que faire de ses élèves en cas de crash aérien sur le collège ???????

Libourne est également traversée par des TGV mais là, pas de souci, on peut compter sur la technologie française : les TGV ne déraillent pas.

Publié dans Sur le vif

Commenter cet article

Stéphane 29/05/2007 22:19

formidable ! Tu rajoutes une principale hystérique et quelques benêts du cru et t'as une pièce à succès tendance grandguignol. Comment faire avec le plus grand sérieux, "réunir" LE partenaire de la sécurité, un lieutenant pompier ventripotant veillant au bon déroulement de la mise en scène, mobiliser toute l'équipe du personnel toss en guise de seconds rôles, maintenir les élèves qui n'en demandaient pas tant pour créer le boxon dans les salles, une caricature d'exercice de confinement frôlant le foutage de gueule. Et pourquoi ? parce que si la vague lancée à toute berzingue des hauteurs du massif central arrive à percuter ce foutu collège pailleron, c'est pas le geste de survie des quelques ridicules bouteilles d'eau distribuées dans les salles pour prévenir la déshydratration des élèves avant l'interminable hélitreuillage qui va l'empêcher de se transformer en vulgaire paquebot libérien pour une croisière de la mort finissant lamentablement dans le delta de la Gironde après avoir perdu les 9/10e des effectifs de l'équipage en route.

Mamyvette 29/05/2007 16:37

Entre le déluge du week- end de la pentecôte  et toutes les "joyeusetés'"que tu énumères, il ne fait pas bon  résider dans le Libournais. Dans le fond, on n'est pas si  mal dans les  Landes et même à Mont  de Marsan  (si on occulte la Base aérienne et ses bombes )......... Vite cherchons une île déserte.... qui s'élève suffisamment au-dessus du niveau de la mer ou alors croisons les doigts!!!!