En route vers Noël (4) : des livres pour penser à l'endroit

Publié le par Agnès

D'ici 24 jours, ce sera réglé cette histoire (jusqu'à l'année prochaine). En attendant, il faut bien s'y coller, bon gré, mal gré.


Et tant qu'à s'y coller, autant continuer à appliquer nos principes éco-citoyens.

Je vous ai dernièrement fait part de cette initiative de Wizishop, et aujourd'hui j'aimerais vous présenter la maison d'édition d'Albert et d'Aline de Pétigny.

Vous les connaissez déjà un peu : les éco-gestes dessinés par Aline ont fait leur apparition depuis quelques temps dans ma colonne de droite.


Tous deux ont donc créé une maison d'édition pour penser à l'endroit, des livres beaux, intelligents destinés aux enfants... et aux plus grands aussi !


Des comptines, des contes, des contes musicaux, des histoires, des nouvelles, des pensées et même des jeux, des cartes, de la papeterie, des coloriages à télécharger gratuitement, il y en a pour tous les goûts et pour tous à partir de 2 ans.


Pour aborder avec les plus jeunes des thèmes tels que le bonheur, la confiance en soi, la quête identitaire, la force des préjugés et des idées reçues, l'ouverture au monde, la mort, les rêves, l'environnement... la liste est longue et vous trouverez certainement votre bonheur dans ces ouvrages !


Et si vous n'avez plus de petits auxquels offrir ces livres, vous avez certainement des neveux, des nièces, des cousin(e)s, des petits-enfants... autour de vous ;-).



Au-delà de l'intelligence des textes et des thèmes choisis et des graphismes que je trouve particulièrement réussis, les Editions pour penser à l'endroit sont aussi grandement impliquées dans la défense de l'environnement.

Comme il n'existe pas de "label bio" pour l'édition, Albert et Aline ont choisi de respecter des règles simples (mais essentielles) :

- leurs livres sont conçus pour avoir une faible empreinte écologique (pas de cartonnage, poids réduit, tirages en fonction des ventes attendues et non de la mise en place).
- impression sur papiers FSC ou recyclés.
- imprimeurs labellisés imprim'vert et proches de chez eux.


Et au-delà de l'impression :
- travail en priorité avec des sous-traitants proches de chez eux.
- réutilisation au maximum des emballages.


On dit merci qui ;-) ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rodolphe 04/12/2008 09:54

Ouf, ça aurait pu être pire, tu m'envoies quand même un journal de gauche ... certain chrétien, mais de gauche !! ça aurait pu être le Point ou le Figaro, et là ça aurait été dur

Stéphane 03/12/2008 20:07

Très bien Rodolphe, si c'est la guerre médiatique que tu cherches, tu vas la trouver. Demain je t'envoie "la croix".

Rodolphe 03/12/2008 09:34

Stéphane, ne serais-tu pas un peu "radical". Marianne n'est pas l'organe du Modem (Kahn a quitté le journal depuis quelques mois déjà). Toutes les sensibilités y sont représentées.En plus, je t'assure que le dossier est plutôt bien foutu, sans parti pris. De plus, nous avons déjà débattu ici de la pédagogie sur les sujets environnementaux auprès du grand public. je pense qu'il est important qu'un magazine ayant un large lectorat prenne ses responsabilités face aux problèmes des prochaines années.De toute façon, ce n'est pas ta femme qui va ramener Marainne à la maison, c'est moi qui vais vous l'envoyer ... ah, on fait moins le malin maintenant !!

Stéphane 02/12/2008 21:36

Non mais t'es pas un peu dingue Rodolphe !! Tu crois vraiment que j'accepterais que ma femme me ramène un journal du Modem ???!!!Sur Politis y'a quelques idées là-dessus et les articles ne sont pas des marronniers.

Rodolphe 02/12/2008 09:35

Tu as raison Agnès, je t'avoue que ça me guette !!Pour la label, entendons-nous bien, il vaut mieux qu'il existe plutôt que rien du tout ! néanmoins, il faudrait qu'il soit plus pointu sur les critères d'obtention.Aujourd'hui, il suffit de s'engager à éliminer proprement les déchets toxiques (encres, solvants, acides, ...). Quel entrepreneur un peu sensé procèderait autrement, c'est fini le temps où les encres solvantes été jetées directement dans les égouts.Sinon, je te conseille le dernier numéro de "Marianne" qui consacre un dossier de 30 pages à une nouvelle définition du monde d'après la crise : comment changer la modialisation, les marchés financiers, la consommation ... cela devrait t'intéresser