Parce qu'un autre monde est (encore) possible

Publié le par Agnès

L'enquête de 60 millions de consommateurs parue dans leur numéro d'octobre montrant les "ficelles" employées par certains fabricants de produits alimentaires pour camoufler leurs hausses de prix (ex : Amora  changeant la présentation du flacon de vinaigrette à l'ancienne. L'ancien modèle paraissait maigrichon ; il contenait pourtant 500 ml. Le nouveau semble bien plus rebondi, alors qu'il ne contient plus que 450 ml. Après un tel tour de force, la marque s'est même permis d'augmenter le prix : de 1,41 € à 1,95 €) m'inspire plusieurs réflexions.

Le mépris affiché envers leurs clients (ceux-là même qui leur permettent de dégager leurs énormes bénéfices) et l'appétence du gain de ces gens est sans limites. Imaginer la teneur des brainstorming  qui se déroulent dans ces grandes boîtes dans le but de trouver les solutions pour toujours mieux tromper les consommateurs, me donne la nausée. Je ne me reconnais aucune valeur humaine commune avec cette catégorie de mes congénères.

Puisqu'il est de plus en plus clairement établi que le seul objectif poursuivi, à la fois par la plupart des industriels et par les grands groupes de distribution est de faire toujours plus de profits à nos dépens pourquoi continuer à accepter les règles imposées par les grandes surfaces et rester les victimes consentantes de ce système ?

Parce que c'est pratique, facile.
Parce qu'on ne peut pas faire autrement.
Par manque de temps.

Voilà quelques années, nous avons décidé avec une poignée de copains de commencer à nous affranchir du joug des grandes surfaces.
De consommateurs, nous avons choisi de devenir consom'acteurs.
C'est ainsi qu'est née notre Agapes. De notre désir de savoir d'où provenait la nourriture qu'il y avait dans nos assiettes, dans quelles conditions ces aliments avaient été produits et par qui. Parce que nous estimons qu'il est primordial que des producteurs locaux puissent vivre décemment de leur travail. Parce que nous refusons d'augmenter la pollution ambiante en faisant venir nos légumes de l'autre bout du monde, alors que des producteurs locaux galèrent à vendre les leurs (quand ils ne sont pas obligés de les jeter).

Ce que je veux essayer de vous faire comprendre, c'est que nous ne sommes ni plus malins, ni plus futés que les autres. Nous avons chacun nos vies, nos boulots, nos enfants, notre lot de soucis, exactement comme tout le monde.
C'est juste qu'à un moment donné nous avons décidé de reprendre un peu de contrôle sur nos vies et de mettre le plus possible de nos actes en adéquation avec nos convictions humaines et écologiques.

Et très sincèrement, si nous nous l'avons fait, vous qui êtes en train de me lire, vous pouvez également y arriver.

Bien sûr, changer ses habitudes paraît toujours si difficile !
Je vous assure qu'il suffit juste d'un peu de temps, d'énergie et de volonté au départ et ensuite tout se met en place au fur et à mesure et l'on se rend compte que finalement, ce n'était pas aussi difficile que ce que l'on avait envisagé.
Et que de retombées positives en retour !

Alors, recherchez autour de vous des Amap, des groupes de distribution alternatifs et s'ils n'existent pas, lancez-vous ! (Je veux bien répondre à toutes vos questions et vous apporter ma modeste expérience).
Parce que, après tout, vous aussi, vous le valez bien ;-) !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Agnès 02/10/2008 11:33

Merci à toutes pour vos commentaires et vos pistes de réflexion.Juste un truc pour éviter de se faire avoir par le conditionnement, qu'il soit grand ou petit : acheter en vrac.Lydia, tiens, étrange. Quelqu'un d'autre a le même souci ??Gayanée, contente de te relire :)

Gayanée 30/09/2008 15:43

Tout-à-fait d'accord avec toi.Nous, on est dans un projet d'habitat-groupé et ça nous demande du temps et une énergie dingue! mais c'est tellement motivant, justement, d'avancer dans un projet cohérent avec nos idées, nos valeurs, ...Le projet d'AMAP, j'ai très envie qu'on se lance dedans aussi... mais ce sera pour quand on y habitera (dans 1,5-2 ans), parce que d'ici-là, on doit se concentrer sur nos maisons.8 familles, 2 hectares (pas de quoi être autonomes en nourriture, mais on produira certainement une partie!), on a du pain sur la planche!On en reparlera dans 2 ans...

laurence-aboneobio 28/09/2008 18:25

Je partage ton avis, on peut tous avancer, remettre en cause nos pratiques, même si les habitudes sont fortes, on peut essayer autrement, et finalement le résultat est encourageant et nous donne l'envie de convaincre nos amis. Est ce cela grandir pour un adulte ?

niNE 27/09/2008 17:34

Dans le même ordre d'idées que Fraizy, le kilo de pâtes B--- chez Carrefour est plus cher que les 2 paquets de 500g. Chez le même distributeur, ils ont trouvé un super truc : ils mettent plein de lots à l'entrée du magazin , sur environ 4 grandes gondoles, cela attire le client mais il est impossible de comparer avec le paquet individuel qui ne se trouve pas dans le même rayon...malin. Et pendant ce temps, en fond sonore dans le magasin, on apprend que Carrefour se bat pour notre pouvoir d'achat !!!!

Fraizy 26/09/2008 21:03

le coup de la vinaigrette me fait penser aux M&M's (truc que je déteste d'ailleurs).Une fois, j'ai voulu faire "plaisir" a mes filles en leur achetant un paquet. J'ai voulu comparer quand même les prix au kilo des 3 sortes de conditonnement : le gros paquet familiale, le paquet "normal" c'est à dire le paquet qui se détache en 5 petits sachets, et le sac de mini petits sachets. On a l'habitude de se dire : le plus cher c'est le sac de mini sachets de M&M's, et le moins cher, c'est le paquet familiale ? Et bien non ! Maintenant ils ont compris que les gens sont habituer à prendre gros pour payer moins cher, du coup, le moins cher au kilo est le paquet de mini sachets, là où y'a le + d'emballage pourtant !!! Allez comprendre :/