Pourquoi les lingettes ne sont pas mes amies (et ne le seront jamais)

Publié le par Agnès

Quand au détour d'une conversation, il m'arrive d'annoncer que je n'utilise plus de produits d'entretien "classiques" et que je les fabrique moi-même, je ne saurais dire pourquoi, mais ça me vaut généralement d'être regardée comme si je venais d'avouer une pratique sexuelle particulièrement déviante.

Et généralement encore vient
ensuite toujours le même argument : "Oui, mais je n'ai pas le temps" parce moi, c'est bien connu, ma seule occupation dans la vie, c'est faire mes produits d'entretien ;-)

Idée reçue n°1 : ça prend du temps.
Non, si ce n'est celui de peser votre bicarbonate, votre borate de soude... et de compter vos petites gouttes d'huile essentielle. Une fois que vos mélanges sont prêts dans votre pulvérisateur, vous en avez pour un moment.

Idée reçue n°2 : c'est compliqué à faire.
Non, si j'y arrive, tout le monde peut le faire. Je vois pas bien où est la difficulté à compter jusqu'à 15 pour mettre des gouttes d'huile essentielle dans une bouteille de vinaigre blanc.

Idée reçue n°3 : les lingettes, c'est quand même bien pratique !!! Je le sais, il m'est arrivé d'en utiliser !!!

Et là, ami lecteur de ce blog, je vais te demander de consacrer plus de 5 minutes de ton temps de cerveau disponible pour lire ce qui suit.

Je reprends in extenso l'excellente enquête faite par le site des nos amis belges parce que oui, les Belges sont nos amis d'ecoconso.be

Bonne lecture... et repensez-y la prochaine fois que vous ferez vos courses !

La lingette, tellement pratique, séduit de plus en plus les consommateurs et semble une source d’inspiration inépuisable pour les fabricants, si l’on en juge au nombre de lingettes différentes qui inondent le marché. Nous pouvons déjà faire la toilette de toute la famille et nettoyer la maison de haut en bas avec ces précieux petits chiffons. Malheureusement, la lingette n’aide pas vraiment nos poubelles à mincir. Et elle coûte plus cher qu’on ne croît... Petit tour d’horizon.

La lingette, vous connaissez.

Plus besoin de vous présenter ces petits tissus à usage unique, imprégné en général d’un produit cosmétique ou nettoyant. Il y en a pour essuyer petites et grandes fesses, pour apprendre à bout’chou à être propre, pour nettoyer ses lunettes, pour se rafraîchir les pieds ou le visage (pas avec la même lingette, bien sûr), pour se démaquiller, pour faire sa toilette à toutou... Quand toute la famille est bien propre, on s’attaque à la maison : lingettes pour nettoyer par terre, dans la cuisine, pour adoucir le linge, pour empêcher son pull blanc préféré de virer au bleu, pour... Vous suivez encore ?
La lingette, c’est pratique. Personne ne dira le contraire. Elle ne demande aucune préparation : on la sort et zou, c’est essuyé. Elle permet de se passer d’eau, elle n’est pas encombrante, on a toujours quelque chose de propre et d’hygiénique sous la main. Après le nettoyage, on la jette : pas d’entretien... Bref, la lingette a de quoi nous séduire. La publicité vante ses mérites en long et en large, et avec succès : la lingette se vend bien. En juin 2000, le magazine LSA(1) estimait que les lingettes représentaient en valeur 10% du marché des produits d’entretien de la maison. Mais il y a un bémol, du moins pour les producteurs : les consommateurs ne semblent pas rester fidèle à leur lingette très longtemps. D’où la nécessité d’en présenter d’autres et d’autres encore...
La lingette a aussi fait son entrée dans le monde professionnel : les services de nettoyage l’utilisent, bien sûr, mais aussi les dentistes, médecins, hôpitaux ou vétérinaires, qui s’en servent pour désinfecter, ainsi que le secteur horéca, les industries agro-alimentaires, les commerces,... Au bureau, on l’a à côté de son ordinateur pour donner un petit coup sur l’écran. Mais la lingette n’a pas que des bons côtés : elle coûte cher. Et son existence est éphémère : à peine a-t-elle vu la lumière du jour et hop, elle termine déjà sa brève carrière de lingette pour devenir un déchet. Conséquence : nos poubelles gonflent aussi vite que nos portefeuilles dégonflent.

La bonne nouvelle : les lingettes, même si elles sont pratiques dans certaines circonstances, on peut parfaitement s’en passer dans la vie quotidienne. Et faire de belles économies tout en préservant l’environnement.

Les lingettes, c’est... du linge ?

Les lingettes sont en général faites de fibres non tissées. Les fibres les plus utilisées aujourd’hui sont la cellulose, le polyester et la viscose. (2)
La cellulose, matière végétale et biodégradable, est souvent utilisée pour les lingettes désinfectantes. Le polyester, lui, est une fibre purement synthétique et non biodégradable. Il est très résistant, d’où sa popularité pour les lingettes qui sont plus rudement mises à l’épreuve, comme pendant le nettoyage. La viscose, produite à partir de pâte de bois, se laisse facilement imprégner, est absorbante et douce tout en étant résistante et biodégradable. Elle est souvent utilisée pour les lingettes "soins du corps".

S’il est vrai que l’on trouve des fibres biodégradables dans les lingettes, il faut relativiser : dans une décharge, la dégradation des déchets est extrêmement lente, et de toute façon les lingettes sont imprégnées de produits qui ne favorisent certainement pas la bonne décomposition. Comme les lingettes ne vont pas au compost, ne sont jamais recyclables ni réutilisables, elles deviennent bel et bien un déchet embêtant dès la première utilisation. Les matières premières sont irrémédiablement perdues...


Qu’y a-t-il donc dans ma lingette ?

Les lingettes cosmétiques :
Ces lingettes sont imprégnées de produits cosmétiques qui ont les mêmes caractéristiques que les produits que l’on peut acheter tels quels dans le commerce. Pour pouvoir mettre un cosmétique sur le marché, les fabricants doivent fournir des études toxicologiques, des informations sur le mode de production et les contrôles effectués. Ceci garantit au consommateur qu’il achète un produit sûr (mais pas forcément efficace !).

Le terme "hypoallergénique", quant à lui, signifie littéralement "qui réduit les risques d’allergie", mais ce terme n’a aucune valeur légale. Bien souvent ce terme signale juste l’absence de parfum. Il existe donc le même risque d’irritation et d’allergie ; surtout la peau sensible de bébé risque de ne pas apprécier l’usage intensif de lingettes... vigilance donc.

 

Les lingettes pour l’entretien de la maison : Imprégnés dans une lingette ou emballés dans un flacon, les produits d’entretien (sol, cuisine, salle de bains, vitres,...) posent souvent problème pour notre peau, notre santé et notre environnement. Ces produits sont en général issus de la chimie du pétrole et donc d’une ressource non renouvelable et polluante.

 

Les lingettes sont parfois imprégnées de produits dangereux (lingette dissolvant, lingette pour le nettoyage à sec, certaines lingettes pour l’entretien du sanitaire,...). L’utilisation de lingettes peut réduire le risque de certains gaspillages (renversements de bidons ouverts, oubli de refermer le bidon,...), mais la facilité d’utilisation peut nous tenter d’utiliser plus que nécessaire. Ces lingettes sont souvent vantées comme une solution plus écologique que le chiffon... mais cela dépend surtout de l’utilisateur.

Microfibres : tout autre chose !
Il existe un autre type de lingettes avec, cette fois-ci, de réels
atouts écologiques et économiques : les microfibres. Ici,
il s’agit de lavettes en polyester avec des milliers de fibres
en forme de petits crochets. Grâce à ces crochets, on peut
exercer une action mécanique et "accrocher" la saleté. Les
microfibres sont réutilisables (on les lave en machine) et nous
permettent de réduire fortement les quantités de détergents
et autres produits de nettoyage : tout l’opposé des lingettes
jetables, donc.


Efficaces, les lingettes ?

Font-elles vraiment la joie des ménagères, ces lingettes ? À voir... une étude de Test-Achats de mars 2001 (4) a examiné de plus près les performances de deux marques de lingettes pour nettoyer les surfaces. Les résultats ne sont pas convaincants : les lingettes sont pratiques, c’est sûr, mais leur efficacité laisse à désirer, leur prix est très élevé, les produits ont une odeur chimique pénétrante et la production de déchets (lingettes + emballages) est un point noir.

Les lingettes sont parfois trop grandes, ou justement trop petites. Le produit est parfois dosé trop parcimonieusement, ou appliqué trop généreusement. Bref, on est vite dans le gaspillage. Car si la lingette est trop petite ou sèche, il faut en utiliser beaucoup. Si c’est le contraire, on utilise trop de produit (ou trop de lingette) !
Toutes les lingettes sont facilement remplaçables par des alternatives plus durables. Et la lingette, faut-il le rappeler, ne nous permettra jamais de nous passer complètement des moyens plus classiques pour nettoyer notre maison en profondeur ou faire notre toilette personnelle.


Portefeuille vidé, poubelle remplie

Une famille qui se laisse tenter par les lingettes voit vite son budget exploser. Une étude du CRIOC (5) montre que nettoyer le sol avec des lingettes plutôt qu’avec le bon vieux torchon et un détergent tout usage peut coûter jusque 15 fois plus cher. En optant de façon régulière pour les lingettes, que ce soit pour l’hygiène personnelle ou l’entretien de la maison, un ménage peut augmenter la quantité de déchets qu’il produit de +/- 58 kilos par an, dont une grande partie n’est pas reprise par la collectes sélective. Ce n’est pas rien... La note à payer pour ce surplus de confort est plutôt salée : plus de 1100 euros par ménage et par an, selon cette étude.

Catégorie de produit

Déchets NR* Kg/an/ménage

Déchets R**

kg/an/ménage

Coût

EUR/an/ménage

Entretien du linge

0,899

0,726

124,35

Entretien de la maison

17,366

4,210

500,8

Hygiène

40,405

1,248

554,15

Totaux

58,67

6,184

1.179,3

*NR= non repris par la collecte sélective des déchets ménagers
**R= repris par la collecte sélective des déchets ménagers

Quand on y regarde d’encore plus près, on remarque que ce sont les lingettes les plus superflues qui coûtent le plus cher et qui produisent le plus de déchets : les petits tissus qui servent à protéger les couleurs du linge dans la machine ou à nettoyer à sec, par exemple.
En effet, un nettoyage à sec est une opération très polluante, qu’il vaut mieux éviter ou confier aux spécialistes. Pour protéger les couleurs, il suffit de bien trier le linge et de respecter les instructions du fabricant.

Catégorie

de lingettes

Scénario de

consommation

Kg/an/ménage

Déchets NR**

Par ménage

Kg/an

Déchets R***

par ménage

Kg/an

Coût pour un

ménage

EUR/an

Détachant

10 fois/an

0,039

0

3,96

Assouplissant

228 fois/an*

0,187

0,082

8,40

Nettoyage à sec

10 fois/an

0,240

0,165

34,70

Protection des couleurs

228 fois/an*

0,433

0,479

77,29

Total

 

0,899

0,726

124,35

* En moyenne, les ménages belges font 228 lessives par an.
** NR = non repris par les collectes sélectives de déchets ménagers.
*** R = repris par les collectes sélectives de déchets ménagers.

Pour l’entretien de la maison, même topo. Cela coûte plus cher qu’on ne le croit. Si on nettoie régulièrement les surfaces (salle de bains, cuisine,...), le sol, les meubles et les vitres avec des lingettes, on peut produire plus de 20 kg de déchets supplémentaires et débourser 500 euros !

 

Un cas spécial : les balais "tout en un", qui sont non seulement gourmand de lingettes, mais qui demandent parfois qu’on les "nourrisse" d’un détergent bien spécifique et de piles !


Alternatives... sans surprises

  • Les lingettes ne remplaceront jamais les produits classiques. Armé de savon ou de détergent doux, de vinaigre d’alcool, d’une éponge, lavette ou torchon, d’un balai, raclette, brosses et chiffons, on peut avoir une maison parfaitement propre. Laissez-vous guider par nos fiches-conseil !
  • La lingette vous promet une "action anti-bactérienne" ou "une hygiène parfaite" ? Rassurez-vous, désinfecter n’est nécessaire qu’en cas de maladies contagieuses et peut aussi se faire sans lingettes. En ce qui concerne les WC, pour éviter une contamination avec des bactéries fécales il faut surtout bien se laver les mains après chaque visite. Pour un WC propre et sain, un nettoyage régulier avec une brosse et un détergent à base de vinaigre suffisent. Les spécialistes s’accordent même à dire que les produits désinfectants augmentent probablement la résistance des bactéries et qu’ils peuvent causer des problèmes de peau. Ils sont également mis en cause dans l’augmentation des allergies ;
  • Pas propre, une éponge ? Pour nettoyer votre lavette, éponge ou torchon, lavez-les à 60° dans la lessiveuse ; les éponges ou lavettes peuvent aussi aller dans le lave-vaisselle ;
  • Pour votre petite et grande toilettes, préférez des produits plus simples : savon, stick déo, lait démaquillant, produit solaire, papier toilette... Pour vous aider à choisir, le Réseau Eco-consommation publiera bientôt trois nouvelles fiches-conseil ;
  • Pour éviter les lingettes détachantes, rincez le plus vite possible la tache avec un peu d’eau tiède et un peu de détergent, et mettez le vêtement à tremper si possible ; ici aussi, nos fiches-conseil peuvent vous aider ;
  • Evitez si possible les vêtements ou le linge de maison à nettoyer à sec. Si vous choisissez un tel produit, confiez son nettoyage à un spécialiste qui saura en principe mieux éviter la pollution de l’environnement par des solvants nocifs. Après le nettoyage, laissez le vêtement aérer dehors ou dans une pièce bien ventilée avant de le réutiliser !
  • N’oubliez pas que beaucoup de lingettes sont tout simplement des produits superflus : lingettes pour la détente des pieds alors qu’on peut prendre une douche ou un bain de pieds, pour nettoyer son chien alors qu’on peut le brosser, pour protéger la couleur du linge alors qu’on peut tout simplement trier...

Conclusion : utiliser peu ou pas du tout de lingettes ne peut que faire du bien à l’environnement et à votre portefeuille... et les alternatives existent.

Sources

  1. LSA n° 1683, 29 juin 2000
  2. Fil d’Ariane - Le journal de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles (France, Roubaix) - Janvier 2004 - N°12 - page 2. Consultable à la page www.ensait.fr/pdf/filariane12.pdf
  3. Dossiers : "L’entretien ménager sans produits ni déchets dangereux : rapport technique". Campagne du CRIOC et de l’IBGE ; et "Nettoyants multi-usages et nettoyants pour sanitaires", dossiers consultables sur www.observ.be/FR
  4. Test Achats n° 441 - mars 2001 - page 47
  5. Étude "Lingettes jetables" du CRIOC, consultable sur le site www.observ.be/FR

A consulter également :

  • fiches conseil du REC ’cosmétiques’ et ’produits d’entretien’ sur notre site www.ecoconso.be ou en nous téléphonant au 071 300 301


Commenter cet article

Anissina et ses elféebulations 08/07/2008 17:02

Mazette, je ne savais pas que je faissais autant d'économie en utilisant les microfibres et les lingettes lavables polaires, j'ai bien envie de relayer et de mettre un lien vers ton blog, je peux ?Merci pour les infosBises elfiques

Sophie 25/02/2008 14:21

rien à ajouter!en plus, je ne supporte pas le contact de la lingette sur la peau

evydemmentbio 23/02/2008 01:13

je dois avouer que je n'ai pas besoin de tout lire car je suis déjà convaincue !ah les idées reçues c'est dingue, je fais le même constat que toi sur d'autres choses,c 'est parfois dur de faire bouger les choses !et c'est effarant de voir que même si vous leur prouvez par A +B que en dehors du fait que ce n'est pas bien pour la planète? c'est aussi néfaste pour la santé, les gens continuent d'utiliser des lingettes ou autre pratique !

Florynne 22/02/2008 13:14

Un tit' coucou, je recommence à lire les blogs, petit à petit...Toujours très interressant tes articles !Moi qui suis à donf dans les lingettes ! Hé ben j'en ai appris !PFF !

Agnès 22/02/2008 10:41

@  Nonolerobot - Les huiles essentielles (qui peuvent avoir de nombreuses autres applications que les produits d'entretien  : curatives, cosmétiques...) se trouvent de plus en plus en pharmacie. Sinon en magasins biologiques ou sur les sites internet dédiés au bio.