Extrait de lecture (3)

Publié le par Agnès

A l'image de l'arbre (en l'occurence, celui de la photo, c'est notre amandier)

L'économie positive s'inspire du modèle de l'arbre. La croissance d'un arbre est continue de sa naissance à sa mort. Loin d'affaiblir son environnement, l'arbre le nourrit. Il utilise l'énergie du soleil, toujours renouvelée et puise dans la terre les minéraux et l'eau dont il a besoin. L'eau qu'il ramène des profondeurs s'évapore ensuite et retombe ensuite sous forme de pluie, qui va servir à d'autres plantes. Les minéraux qu'il tire du sol y reviennent lorsque l'arbre perd ses feuilles. Ainsi, en se développant, l'arbre fournit à des milliers d'autres être vivants un substrat de croissance, un abri, des aliments, un microclimat favorable.

IMG_3730.JPG

Qui irait demander à un arbre de se mettre en décroissance ? Au contraire, chacun souhaite qu'il continue à se développer, car sa contribution au monde est positive.

Sur ce modèle, il est possible de dessiner un monde positif, où la restauration du capital écologique alimente la croissance économique. Un monde où chaque bâtiment, chaque champ, chaque route apporte une contribution positive à l'économie et à l'environnement, et où il est possible d'en construire suffisamment pour répondre aux besoins de l'humanité, sans regret pour l'avenir.

M. Rouer & A. Gouyon in Réparer la planète

Commenter cet article

Stéphane 20/02/2008 15:10

Agnès, construire un monde propre n'est pas un gage d'équité ou d'égalité ni même de redistribution équitable des richesses. Le ranch de M. Bush est un modèle d'écologie..............Mais il se fout pas mal des autres. De même doit-on dire bravo ! aux supermarchés d'avoir développé une filière de produits biologiques dans leurs rayons et bandes d'enfoirés ! pour leur politique d'exploitation de la main d'oeuvre (et j'en passe) externe et interne à leur grosse boutique.L'exemple de l'arbre me parait mal approprié pour parler d'économie et de croissance. La plupart des arbres comme certains animaux sont en attente pendant l'hiver et ne produisent pas grand chose. J'imagine mal un ultralibéral ou ne serait ce qu'un apôtre de la croissance appliquer le rythme des saisons à ses salariés.Penser à laver notre planète et proposer une économie basée sur le principe de la croissance pourquoi pas (moi je suis sceptique) encore faut-il que cela ne se fasse pas sur le dos de l'humain.Se parer de la vertu écologique pour faire passer des idées libérales me gêne énormément.

Céline 18/02/2008 08:20

Si toute les maisons et immeubles étaient équipés de panneaux solaires, il n'y aurait plus besoin de centrale nucléaire...Avec des "si" on refait le monde ! J'espère toujours qu'à une echelle plus grande, chacun fait ce qu'il peut pour préserver la planète :S

Ripe Green Ideas 17/02/2008 20:17

Il est bien ce livre, n'est-ce pas!?Je viens d'en découvrir un autre.Faut que je regarde s'il existe en français.Cradle to Cradle.