Le jour de la (non) construction de la maison à cochons

Publié le par Agnès

Ceux qui me connaissent dans la vraie vie savent bien qu'on ne peut pas m'imaginer plus à ma place qu'à construire les nouveaux aménagements d'une maison pour cochons en l'occurrence ceux de Gérard et Myriam, nos producteurs bio.
Mais, bon, c'est pour LA Cause, ils ont besoin de mes petits bras, je m'appesantis pas sur le meilleur endroit où me trouver, je fais ce qu'on me demande.

Même si ça implique de se lever avant l'aube un dimanche matin, de rouler jusqu'au au fin fond du département et bien entendu de passer la journée en compagnie de cochons mais, non, Thierry et Bruno, enfin, il n'est nullement question de vous à effectuer des travaux de manutention.

Autant je m'étais débrouillée comme une bleue lors de notre dernière journée dédiée à LA Cause -ici- autant cette fois, pas question d'être prise en défaut.
undefined

Donc, déjà, bottes en plastiques pour moi, mais impensable de porter ces
vilaines bottes vertes même au milieu des cochons, on doit savoir garder un minimum de féminité.
J'avais bien pensé aux serviettes aussi mais pas mes serviettes en bambou parce que pour s'essuyer, c'est un peu plus efficace qu'un vieux mouchoir en papier.

Bon, il se trouve que cette fois, de la pluie il n'y en eu point, on aurait même plutôt eu un peu chaud !
Ce qu'il aurait été plus judicieux de prendre hier c'était de la crème solaire, vu qu'on est rentré avec le visage rougi de légers coups de soleil.


 

Arrivés sur place, dans un grand champ près duquel paissait un troupeau de moutons et étrangement aucun cochon à l'horizon j'ai réalisé que cette journée serait un peu plus "tonique" qu'initialement envisagé.

IMG_3749.JPG
En fait d'aménagement d'une maison pour cochons c'est quoi d'ailleurs une maison pour cochons ??? il s'agissait d'installer une clôture et Gérard avait déjà commencé à disposer des piquets de bois pour nous donner quelques repères.

C'est à ce moment que j'ai fait la relation avec les masses qu'il avait fallu amener.
 

Ceux qui me connaissent dans la vraie vie savent aussi qu'on ne peut pas m'imaginer plus à mon aise qu'avec une masse dans les mains en train d'essayer d'enfoncer des piquets plus hauts que moi pour certains dans la terre. Quand j'ai réalisé que je n'avais pas d'issue et que surtout les autres filles la maniaient très bien la masse, je me suis lancée : aaaaaaarrrrrrrrrrrggggggghhhhhh !!!!!

 

Autant l'avouer, la masse c'est pas trop mon truc ! C'est lourd, ça t'arrache les bras quand tu la soulèves, ça tape jamais au bon endroit, ça retombe à deux centimètres de ton pied et surtout c'est lourd. 

 

Mais, bon, j'ai un minimum d'amour-propre et de fierté, donc je l'ai maniée la masse ce qui explique sûrement pourquoi à l'heure actuelle je ne sens plus toute la partie de mes bras allant de l'épaule au poignet et que je ne peux rien soulever excédant 20g. 

Une fois nos quelques piquets plantés, il s'agissait de mettre le grillage.
 

Facile, pensais-je sottement ! Parce que beaucoup plus fourbe que la masse, il y a les clous qui refusent de s'enfoncer dans le bois trop dur, surtout quand le marteau utilisé n'est pas adéquat.

 
 

Vers mon quatrième clou je me suis donné un très énergique coup de marteau sur le pouce gauche ce qui explique sûrement pourquoi à l'heure actuelle je n'ai toujours pas recouvré son utilisation. Comme je reste toujours très retenue dans la douleur je suis allée hurler des jurons au milieu du champ en pensant que j'allais m'évanouir et retrouver mon ongle détaché de mon doigt quand je reprendrai mes esprits me suis écartée du groupe pour attendre sereinement que la douleur passe.  

 

Après avoir cloué une petite trentaine de mètres de grillage, Gérard est venu nous annoncer que nous l'avions mis à l'envers parce que dans le grillage à moutons, il y a un haut et un bas, parfaitement en précisant que les agneaux pouvaient se faufiler dans les larges ouvertures que nous avions placées en bas.

 
 

Mais pourquoi nous parle-t-il d'agneaux m'interrogeais-je, puisqu'on construit un truc pour ses cochons. Ce n'est qu'un peu plus tard dans la matinée que j'ai enfin compris que ce que nous faisions était destiné aux moutons, ce qui expliquait le grillage à moutons et la nécessité de le poser correctement pour éviter la fuite des agneaux et surtout l'absence totale d'animal à groin et à queue en tire-bouchon dans le secteur.
Légère défaillance au niveau de l'information initiale donc !
  Merci qui ????IMG_3752.JPG

 


Un peu avant 14 heures mon calvaire travail prenait fin et nous avons pu passer à l'autre partie de la journée qui consistait à boire, manger et faire enfin une petite visite aux cochons.

Une table généreusement couverte de vin et de cochonnailles nous attendait.
IMG_3759.JPG
Premier repas de l'année pris dehors, sous un grand soleil, le 17 février, tout va bien !
Rien de tel en tous cas que ce genre de moment pour filer au lit faire une sieste bien méritée pour refaire le plein de cholestérol d'énergie : des mets délicieux dans l'assiette, un grand moment de partage et de solidarité avec des personnes qui ont en commun des valeurs identiques...

Et enfin vint la rencontre avec les cochons !
En bonne citadine que je suis, j'avais l'appareil photo greffé dans la main, m'extasiant devant le spectacle de la nature porcine.
IMG_3775.JPGIMG_3800.JPGIMG_3803.JPGIMG_3792.JPGEt ben, vous savez quoi ?
Ils semblaient heureux ces cochons.


  Et puis aussi ce lundi, je voudrais avoir une pensée toute particulière pour trois êtres chers qui ont commencé aujourd'hui à l'autre bout du monde le premier jour de leur nouvelle vie.
 

Publié dans AGAPES

Commenter cet article

karine 07/03/2008 00:07

Il faut dire que tu t'en es très bien tirée de ce travail pénible, j'en sais quelque chose et vraiment tu as été parfaite lors du coup sur le pouce, tout dans la maitrise de l'émotion ... bref c'était aussi une super journée. PS : moi aussi j'ai pas compris comment pour un parc à cochons, le grillage était si haut !

Sophie 26/02/2008 16:11

J'ai lu cet article quand tu l'a publié. J'ai flashé direct sur tes bottes, en plus c'est trop à la mode les bottes en caoutchouc un peu kitch!!! Autant rendre la contruction de cette maison à cochon un peu marrante!!Tes exploits m'ont bien fait rire!!!Bisous

jfred 18/02/2008 16:25

et ben ça c'est du boulot !!! et ils sont bien jolis ces cochons !!!!

Dodinette 18/02/2008 16:16

merci pour tes gentils commentaires chez moi - je n'ai pas le temps de lire toute ta prose ci-dessus ajourd'hui mais l'air fort marri de ces petites (heu, grosses plutôt) bêtes roses m'incite à revenir... tout autant que tes bottes.une fille qui a des bottes à fleurs a forcément un bloug rigolo. ;)