Sale bonhomme

Publié le par Agnès

Après des mois passés à lire Russell Banks, puis une grande plongée dans l'univers HarryPotterien, j'ai eu envie de retrouver un de mes auteurs préférés, Stefan Zweig, et j'ai opté pour une biographie, celle de Fouché.

zweig09.jpg Chez Zweig, j'aime tout autant l'oeuvre que l'homme.
Parmi ses livres, j'ai un gros faible pour les biographies même si celle qui me touche le plus reste sa propre autobiographie (Le monde d'hier).
Quant à l'homme, je le trouve simplement digne d'admiration. J'ai adoré parcourir une partie de ses correspondances, elles révèlent bien l'humaniste
qu'il fut.

J'ai à peine lu le quart de "Fouché" mais dès le début, j'ai été frappée par la froideur qu'il témoigne à l'égard de son sujet. Je suis loin d'avoir épuisé les biographies qu'il a écrites, mais lorsqu'on lit celle sur Marie-Antoinette, on sent la fascination presque amoureuse vis-à-vis d'elle. Il met aussi tout son talent à montrer une Marie Stuart différente de l'image laissée dans les livres d'histoire et il nous présente un Magellan héroïque.

Alors que rien ne semble sauver Fouché, ni son physique, Zweig le présentant comme "fluet, nerveux, anémique et laid" et certainement pas sa personnalité : calculateur, dissimulateur, manipulateur, capable de renier en un instant tous ses principes et ses amis, régicide, pilleur d'églises, "le mitrailleur de Lyon" ne travaillant qu'au service de ses propres intérêts.
Bref, le modèle du sale type absolu, celui dont on ne risque en aucun cas de tomber follement amoureuse !!!

J'ai néanmoins hâte de lire la suite, histoire de voir s'il tient ses promesses de bassesses jusqu'au bout !!!

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Hana 08/11/2007 22:44

J'ai entendu parler des biographies de Zweig, surtout celle de Balzac. Curieusement je n'en ai jamais lues, en revanche j'ai un essai de Zweig sur le Brésil, le pays où il a migré après les bruits de bottes à la veille de la seconde guerre, je crois que c'est son dernier livre et de surcroît posthume si j'ai bonne mémoire. Sa fin a été tragique et impressionnante: suicide du couple qui ne pouvait assister à la destruction de l'Europe par le nazisme.